« C’EST ZO ! », « C’EST ZOTA ! »

0 668

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

L’expression «C’est zo !» est utilisée par les nouchiphones ivoiriens depuis seulement quelques années.

En Côte d’Ivoire, la majorité des langues locales (gouro, bété, baoulé, etc.) ne connaissent pas, dans leur structure phonologique, le son /j/, lequel a donc souvent tendance à se muer en /z/, surtout quand les locuteurs sont peu ou pas du tout scolarisés.

Le groupe zouglou Les Marabouts, dans son titre Zehimagaz, en a donné une parfaite illustration en 2012. Et c’est un vieux bété converti au christianisme qui chante «Zehimagaz» pour dire en réalité «Je m’engage».

Il arrivait même à monsieur Yah Bi, mon seul professeur de philosophie au secondaire, de dire «ZE» au lieu de «JE» lorsque, au détour d’une explication philosophique, il était rattrapé par son accent gouro.

Un jour de passage à Sinfra en pays gouro, j’entendis aussi une jeune femme lancer un matinal «Zannetti i ya oh !» à une consœur, entendez «Jeannette, bonjour !»

L’adjectif «JOLI» a ainsi souvent vite fait de se muer en «ZOLI», d’où «ZO», clairement une apocope de «ZOLI».

Dès lors, «C’est zo !» est une expression utilisée pour dire : «C’est joli !», «C’est beau !», «C’est bien !», etc. Ou alors, en ivoirien, «C’est propre !» Parallèlement, on dira à une fille «Tu es zo!», pour lui signifier: «Tu es belle!»

De cette façon, un cas typique de mauvaise prononciation du français, qui aurait suscité rires et moqueries dans d’autres contextes ou en d’autres circonstances, se voit légitimer par le nouchi et revêt, du coup, une nouvelle esthétique.

Visiblement, «C’est zo !» est plus zo que «C’est zoli !». Encore une fois, la magie du nouchi a opéré.

Mais très vite, une nouvelle syllabe a fait son apparition, puisque le 08 mars 2018, soit environ deux semaines après avoir écrit tout ce qui précède, j’ai entendu un étudiant dire «C’est zota !»

Difficile de ne pas y voir une allusion à Zota, la célèbre danseuse de couper-décaler révélée par l’artiste ivoirien Serge Beynaud, par ailleurs très remarquée par sa beauté et son teint lumineux, mielleux.

Par Paul-Bathesty DJANDUÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :