CE CURIEUX PARTAGE DES RÔLES DANS LES COUPLES

0 10

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

En écrivant récemment sur les aphrodisiaques de chez nous, j’ai remarqué que ces produits sont pour la plupart destinés aux hommes. De cette première remarque est née une seconde qui motive la présente contribution. Il s’agit de cette répartition tacite des tâches qui veut que, systématiquement, tout ce qui est aphrodisiaque soit l’affaire des hommes et tout ce qui est contraceptif celle des femmes.

On est bien obligé d’admettre, avant d’aller plus loin, que c’est un peu dans l’ordre naturel des choses. En effet, dans la dialectique sexuelle du tendu (homme) et du fendu (femme), le moindre dysfonctionnement de l’appareil génital masculin suffit à faire perdre au lit conjugal toute sa saveur, et voilà le verbe « aimer » qui se trouve mal conjugué, voire pas du tout. Par ailleurs, la femme étant celle qui tombe enceinte, quoi de plus logique que de lui appliquer directement les moyens de contraception afin d’en garantir le succès.   

Comprenant sans doute les choses de cette façon, ou se soumettant au diktat de mère nature sur ce coup, les firmes pharmaceutiques ont donc tendance à fabriquer plus d’aphrodisiaques pour les hommes et plus de contraceptifs pour les femmes. Ainsi, dans ce domaine particulier, il ne faut pas chercher l’égalité homme-femme dans l’usage de chaque produit, parce qu’elle est plutôt établie par leur inégalité partagée d’un produit à l’autre. On parlerait ici d’équité.

Cela dit, il existe bien des aphrodisiaques pour femmes et des contraceptifs pour hommes. Il me semble toutefois que les hommes, qui sont à l’origine des grossesses, devraient faire plus d’effort en matière de contraception, afin d’alléger la tâche aux femmes en leur évitant de s’injecter ou d’ingérer des pilules à n’en point finir. En plus des contraintes liées au respect strict des périodes de prises, ce sont des substances qui entrent dans leur organisme, et dont on ne peut jamais prévoir la nature ni l’envergure des effets secondaires.

Mon intime conviction est que la contraception idéale est celle qui fait d’une pierre trois coups: espacer ou empêcher les naissances sans mettre en danger, ni la santé de la femme ni celle de l’homme. Il faut pour cela que le produit utilisé ne pénètre dans le sang de personne. Sans faire de publicité pour un produit qui n’en a d’ailleurs pas besoin, j’ai opté pour le port du préservatif. Et à vie! L’orgasme a beau être retardé, il finit toujours par arriver et tout le monde est content, pour longtemps. C’est mieux!

Par Dr. Paul-Bathesty DROMBÉ

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :