CARNET DE VOYAGE 53: MA PREMIÈRE EXPÉRIENCE COMME ERASMUS (2ème Partie)

0 117

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

À peine arrivée à l’Aéroport international Mohammed V de Casablanca, j’appelle ma mère pour lui donner ma position ; il est presque 6h du matin à Abidjan selon ce qu’elle me dit. Après avoir échangé au téléphone avec elle, je me rends auprès des agents de Royal Air Maroc pour me renseigner car j’ignore où se trouve la salle des transits. J’aurais mieux fait de me renseigner auprès de n’importe quel autre passager; c’est à peine si les agents présents au guichet prêtent attention à ce que je dis. J’ai le cœur qui bat la chamade parce que je ne peux pas rater ce second vol. Dieu qui ne dort pas, un agent accepte enfin de m’indiquer. Chose faite, je m’y rends à pas de loup. Dans la salle de transits, je suis accueillie par une file interminable de passagers pour des destinations différentes.

Plus d’une demie heure passée et toujours dans la file d’attente, jusqu’à ce que j’entende un agent appeler urgemment et à haute voix les passagers à destination de Madrid. Alors nous nous dépêchons de  sortir de la file pour passer le poste de contrôle. Nous sommes cinq passagers qui courons pour rejoindre la porte d’embarquement, mais elle est verrouillée; impossible de rejoindre l’avion. C’est le comble ! Nous frappons, appelons à l’aide pendant environ 10 minutes, en vain. Finalement, apparaît un agent pour déverrouiller la porte.  Nous sommes dans le tunnel pour rejoindre les autres passagers déjà à bord. Je me rends compte que nous sommes les derniers passagers à embarquer. Je rejoins mon siège à bout de souffle. Je reviens de loin hum…  J’ignore le service repas pour ce vol et ne perds pas de temps pour m’endormir. Quand j’ouvre les yeux, nous survolons l’aéroport de Madrid; il est 9h30.  J’aperçois un petit rayon de soleil…, je me dis ah mais c’est super: je n’aurai pas besoin de mon manteau apparemment ! Je suis loin d’imaginer ce qui m’attend…

CARNET DE VOYAGE 53: MA PREMIÈRE EXPÉRIENCE COMME ERASMUS (1ère Partie)

REINE4

L’avion est encore connecté à la salle d’arrivée. Nous nous dirigeons vers les différents postes de contrôle. Un quart d’heure de marche plus tard, nous n’y sommes toujours pas ! Sacré aéroport ! Je suis éreintée, les pieds endoloris, je boitille; si je pouvais marcher pieds nus hum… Je commence à m’impatienter et, enfin, nous y sommes. Là encore, une très longue file d’attente. Après une demi-heure debout comme un piqué, mon passeport est cacheté et je peux aller récupérer mes valises. En route, je constate que seulement deux options se présentent à moi : prendre l’ascenseur ou les escaliers roulants. Pour moi, il n’est pas question vu que j’ai toujours eu une peur bleue de ces deux-là.

Je stoppe ma marche, tentant en vain de trouver une solution parce que « je suis dans pain » comme on le dit chez nous en Côte d’Ivoire. Comment faire!? Dix minutes de réflexion. Dix minutes à tourner en rond. Finalement, je me rends à l’évidence. Ce sera mon baptême du feu. Et je me dis en mon for intérieur: bah je m’en moque si je tombe les gens peuvent bien en rire ! Personne ne paie mon PDCI ici ! Je suis en paix avec moi-même. La peur est passée. Il y a eu plus de peur que de mal.

Je suis toujours les indications, mais là je n’en peux plus… Où est donc ce fameux hall pour que je récupère mes valises ! ? J’étais très loin d’imaginer la scène que j’allais vivre. Autour de moi, les autres passagers courent mais où vont-ils ? La réponse : « nous devons prendre le train pour rejoindre le hall où se trouvent les valises. Viens le train est là, montons » je ne saurais décrire le sentiment qui m’a animée à cet instant précis. Tout ce que je pouvais dire c’est : sacré aéroport, je suis vraiment en Europe…

Une fois sur les lieux, je récupère facilement mes valises; je suis enfin libre. Étant encore à l’aéroport, je prends le billet de train au guichet de la RENFE pour sortir de l’aéroport. Une demi-heure plus tard, me voici à la splendide gare de train Atocha de Madrid, mangeant dans un Burger King pour reprendre des forces pour le reste du voyage. Je dois effectuer un long trajet dans quelques heures pour ma destination finale: la province de Cadix dans le sud. Là-bas, commencera pour moi la véritable expérience en tant qu’étudiante Erasmus.

Suite: CARNET DE VOYAGE 53: MA PREMIÈRE EXPÉRIENCE COMME ERASMUS (3ème Partie)

Par Reine C. ZIRIGNON

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :