CARNET DE VOYAGE 52 : L’AUTRE ALÉPÉ… JUSQU’À MONGA (1ère Partie)

0 12

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Nous sommes encore à Alépé. La troisième fois en l’espace d’un mois. Jeudi 1er aout 2019, pour une révision médicale. À l’hôpital des Sœurs Dorothée, il est encore trop tôt pour nous recevoir. Un petit déjeuner au kiosque habituel où le pain n’est pas aussi bon que la dernière fois puis, laissant les concernées du jour prendre leur position dans le rang, nous voulons découvrir l’autre Alépé.

Il est 08h00 lorsque nous traversons le pont sur le fleuve Comoé en voiture. Je n’aurais pas pu à pied. De l’autre côté de ce pont, de nouvelles constructions prolongent Alépé. De part et d’autre de la chaussée. À l’horizon, aussi bien à gauche qu’à droite, la forêt verte se dresse comme une barrière infranchissable. Mais pour combien de temps encore ?

En principe, un peu avant le panneau à fond blanc qui annonce l’Hôtel Canaan, on est plus à Alépé. Ou alors il faudra bientôt déplacer l’autre panneau qui barre en rouge le nom de la ville juste à la sortie du pont. Nous roulons un peu plus loin avant de revenir sur nos pas. Le petit tronçon parcouru est soigneusement dégradé : difficile d’échapper au bain de poussière ou au piège de la boue quand une bonne pluie est passée par là.

smart

À 08h24 précises, nous avons garé devant le portail du Foyer Garçons des Frères Mineurs Capucins. Pied à terre pour une petite visite des lieux. Nous marchons jusqu’à la Bibliothèque Saint Bonaventure. Le plus gros de l’espace est occupé par des dortoirs. Cinq blocs de bâtiments tous dédiés à des Saints : Crispin de Viterbe, Padre Pio, Félix de Cantalice, Antoine de Padoue, Fidèle de Sigmaringen. Le Réfectoire portent le nom de Sainte Claire d’Assise et la Direction celui de Saint Laurent de Brindisi. Un peu plus loin se trouve la villa des frères.

En entrant tout à l’heure, juste après le portail, une chapelle se dresse à votre droite. À gauche il y a un modeste préau et, presque tout droit en face, une discrète grotte mariale, le symbole par excellence du catholicisme. On accède au foyer par un chemin bien aménagé : deux tranches de bitume parallèles délicatement posées entre un terrain de football et une plantation d’hévéa très soignés. Nous avons vu en arrivant des jeunes garçons en maillot qui s’apprêtaient à livrer un match. Ils avaient l’air d’appartenir à une école de foot en stage dans les locaux du foyer.

Il est 09h02. Cela fait un moment que nous sommes revenus de notre balade. Nous avons fait un tour à l’hôpital pour y laisser la voiture et nous nous trouvons à présent au quartier Village. On voit à l’allure des maisons et des ruelles que c’est ici le berceau d’Alépé, un berceau apparemment oublié par les autorités municipales, comme si on voulait en faire un musée à ciel ouvert. Même si c’était le cas, un musée ça s’entretient aussi.

09h20 nous trouve au bout du quartier Village. Pendant un moment, nous sommes restés assis pour savourer l’air frais à l’ombre épaisse d’un arbre aux feuillages généreux. Partis de là, nous atteignons la piste qui conduit au village voisin de Monga. C’est à environ 2 kilomètres d’après nos jeunes informateurs. Les personnes y vont et en viennent généralement à pied, à vélo, à moto ou en « Abouba ». On les appelle ici « Antara » ou « Saloni » en référence à l’origine « indienne » de ces engins à trois roues.

Suite: CARNET DE VOYAGE 52 : L’AUTRE ALÉPÉ… JUSQU’À MONGA (2ème Partie)

Par DJANDUÉ Bi Drombé

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :