CARNET DE VOYAGE 51 : SÉJOUR ET VOYAGES EN ESPAGNE (5ème Partie)

0 22

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

En une minute, nous sommes dans les airs. Tout commence à devenir petit sous moi. J’observe la ville se rapetisser peu à peu, comme quand on convertit le franc CFA en Euro. La fumée qui se dégage dénote le niveau avancé de la pollution. Décidément, le monde est menacé. La montée est raide, ce qui donne l’impression que l’avion n’arrive pas à avancer. J’ai eu peur à ce moment, car pour moi, l’avion pouvait décrocher facilement et s’écraser. L’avion-ci est plus petit que celui qui nous a transportés d’Abidjan et Casablanca et semble céder à la pression atmosphérique. Ça m’a étrangement rappelé « Le chêne et le roseau » de La Fontaine.

Je suis tout de même serein et continue à écrire sans me poser de question. Nous sommes au-dessus des nuages maintenant, et l’avion se stabilise. Beaucoup de passagers dorment, certains par peur, d’autres par fatigue. Moi, je ne veux pas laisser échapper un seul instant de ce voyage. J’écris, luttant contre le sommeil comme quand un garçon pas facile résiste à une belle créature qui essaie de le séduire pour le faire chuter. Entre la tentation de dormir et celle qui me donne l’inspiration d’écrire, la deuxième a eu le dessus pour le bonheur des visiteurs du site Attoungblan.net.

CARNET DE VOYAGE 51 : SÉJOUR ET VOYAGES EN ESPAGNE (4ème Partie)

En bas, les nuages ressemblent à un vaste champ de coton en pleine maturité. J’aperçois la mer en dessous et je suis, à intervalles réguliers, victime de sensations fortes quand l’avion entame un virage à droite ou à gauche. Cela me rappelle l’enfance, quand on courait, planant à gauche et à droite pour imiter l’avion volant, sauf qu’ici nous sommes vraiment en l’air. Les écrans affichent : altitude : 5312 pieds ; vitesse : 801km/h ; Température : -5° Celsius ; heure d’arrivée : 09h52, soit environ 2 heures de voyage. La vitesse de l’avion varie énormément ; tout dépend de la situation de vol. À 8h56, la température change de façon drastique : -30° Celsius ; vitesse : 937km/h.

Sur mon côté, j’observe le soleil me frapper, je suis à l’aise malgré tout. J’apprécie la plantation de nuages et la mer en-dessous. L’univers offre un beau spectacle : les hommes devenus comme des fourmis, le paysage, champs et forêts qui disparaissent pour réapparaître ailleurs comme par enchantement au moment de la descente de l’avion. Tiens, des bateaux, onze au total, qui déchirent la mer en dessous, et dans tous les sens… On commence à nous servir le café.

Si vous avez peur du vide, je ne vous conseille pas de vous asseoir vers le hublot. On a parfois l’impression que l’avion se penche dangereusement sur le côté pour amorcer une chute libre. De ma place, je vois une belle localité traversée par un cours d’eau bordé de verdure, des parcelles bien délimitées et bien entretenues ; une beauté à vous donner l’envie d’un retour immédiat à la terre. Quand les choses sont bien faites, cela attire toujours. Les lignes sont très droites et très belles. On voit transparaître toutes sortes de figures: rectangles, carrés, triangles, cercles, trapèzes, demi-cercles, etc. De loin, des routes sont visibles, y compris des voitures de tous gabarits qui circulent.

Suite: CARNET DE VOYAGE 51 : SÉJOUR ET VOYAGES EN ESPAGNE (6ème Partie)

Par YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :