CARNET DE VOYAGE 51 : SÉJOUR ET VOYAGES EN ESPAGNE (1ère Partie)

0 54

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce voyage en Espagne, je le dois au Professeur Williams Ékou qui m’a offert une opportunité et à qui je veux dire un grand merci avant de commencer. Je me souviens qu’après un colloque organisé au Pôle scientifique de Bingerville, il m’avait dit, alors que j’étais de passage dans son bureau : « Dr Yapi, j’ai quelque chose pour toi. Je te le confirmerai plus tard. » En réalité, je ne m’attendais pas à une bourse. C’est ainsi qu’un autre jour, il m’a appelé pour me dire qu’il voulait me voir. Quand je suis arrivé, il m’a informé qu’il avait négocié une bourse pour moi avec trois autres personnes dont le Dr Kouamé Fréjus et les doctorants Akré et Fassoro.

Le voyage doit durer deux semaines, du 12 au 28 juillet 2019. Il a été préparé en toute tranquillité. Je tombe malade une semaine avant le départ mais, Dieu merci, la santé revient à temps pour que je ne rate pas ce premier voyage en Espagne. Jour J: mon épouse, mon frère Djandué et son épouse, mon neveu N’dri et sa fiancée ainsi que Jean-Luc m’accompagnent pour la circonstance. Quand nous quittons la maison pour l’aéroport, il est 19h15. À 19h21 nous prenons Djandué et madame à Angré Pétro-Ivoire. Une autre escale à la 7ème Tranche, à 19h37, puis en route pour Anono où Jean-Luc nous attend. À 19h54, tout le monde est réuni; 36 minutes ont suffi pour parcourir la distance d’Anono à l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny. Et dès que j’entre seul avec mes bagages, je commence à ressentir une grande solitude et à penser à mes enfants: Michelle, Ariel, Jeudiel et Mael.

YAPI5

Je pars pour deux semaines, certes, mais en y pensant, j’ai l’impression de partir pour une éternité. Tous me manquent déjà: mon épouse et nos enfants, Djandué et madame, mes neveux et tous les autres. Je suis désormais seul avec mes bagages, la famille étant restée de l’autre côté de la barrière. C’est mon premier voyage et je ne sais trop que faire. À 22h57, on nous fait signe que l’enregistrement a commencé. Je suis le rang qui avance. Le premier contrôle a lieu à 22h58. Je fais passer mes bagages au scanner et je monte pour le deuxième contrôle qui a lieu à 23h. Dans le rang, j’aperçois Akré, qui prend le vol d’Air Algérie. Quand je finis mon contrôle, je pars l’attendre et il me rejoint à 23h25. L’embarquement commence à 01h01. Entre temps, Akré qui a embarqué avant moi est déjà en route. De quoi me sentir encore plus seul, en attendant d’embarquer à mon tour. Finalement, le décollage a lieu pour moi à 01h40. Le commandant de bord donne les consignes de sécurité et nous souhaite un agréable vol.

Lorsque l’avion décolle, des écrans sont déployés devant les passagers. Tout y est marqué : consigne de sécurité, turbulence, température, vitesse de vol, altitude de vol, durée du vol, lieu exact de la position de l’appareil. À 02h09, l’avion atteint la vitesse de 890 Km/h. Notre itinéraire se dessine ainsi : Abidjan-Dimbokro-Bouaké-Katiola-Korhogo-Sikasso-Bamako-Casablanca. Il est 02h09 quand nous survolons Dimbokro, 02h15 nous trouve dans le ciel de Bouaké. Toujours selon les informations affichées sur les écrans, nous sommes à 34 000 pieds et volons à la douce vitesse de 2936 Km/h à 02h12. La température à l’extérieur de l’avions est de -40 degrés Celsius et la durée du vol jusqu’à Casablanca est de 3h25. De quoi réduire la sensation d’être perdu quelque part dans l’univers.

Suite: CARNET DE VOYAGE 51 : SÉJOUR ET VOYAGES EN ESPAGNE (2ème Partie)

Par YAPI Michel

Comments
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :