CARNET DE VOYAGE: QUATRE JOURS AU PAYS DE PAUL BIYA (1ère Partie)

0 218

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Le vendredi 8 juin 2018 nous nous présentons à l’Ambassade du Cameroun pour le retrait des visas. L’attente est longue et la courtoisie n’est pas de mise. À un jeune homme qui se plaint de cette situation, on rétorque que c’est à l’image de toutes les ambassades. Que non monsieur ! La meilleure manière d’améliorer le service est d’en reconnaître les défaillances. Être un bon patriote ne signifie pas défendre son pays de façon aveugle. Les visas sont finalement retirés. Le voyage est prévu pour le jour même du début du colloque, c’est-à-dire le 13 juin, à 19h30. Il faut être à l’aéroport deux heures avant.

Tout se déroule bien dans l’ensemble la veille du voyage. Les devises sont changées. Le taux de change étant le même, il fallait juste changer de zone, passant du CFA utilisé en Afrique de l’ouest à celui de l’Afrique centrale. Le lendemain à 17h00, nous sommes tous à l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. Merveilleux! Aucune appréhension. Tout semble très facile même si nous allions tous au Cameroun pour la première fois : deux femmes et deux hommes. Avant d’embarquer, une petite ambiance au bar avec le professeur Akrobou venu accompagner le Dr Kady.

Juste le temps de se soumettre au contrôle d’usage, et nous voilà à bord du vol A 380 de la Compagnie Air Côte d’Ivoire. Le billet d’avion en notre possession nous signale 2h20 de temps de vol. Une navette nous conduit à l’avion, décollage à 20h20 pour l’Aéroport de Yaoundé au quartier Simalène. La particularité de ce vol aller est que le service était assuré par des stewards et non des hôtesses. Petite ambiance à bord avec la boutique: parfum et autres produits sont offerts. Nous atterrissions exactement à 22h20. Le temps de récupérer les valises et nous nous dirigeons vers le hall en nous posant mille et une questions quant au moyen de transport pour rejoindre l’hôtel. Mais quelle ne fut notre surprise lorsqu’en sortant nous nous retrouvons nez à nez avec M. Fotso Toche Rodrigue. Joie et soulagement. Ouf!

Scan.jpg 2

Sous le haut patronage du Ministère de L’Enseignement Supérieur, l’Université de Yaoundé I au Cameroun a organisé, du 13 au 15 juin 2018, un congrès transdisciplinaire autour du thème « Hispanisme, Hispanité et Lusophonie en Afrique et dans le monde ». Née de la réforme de l’enseignement supérieur au Cameroun en 1993, l’Université de Yaoundé I est issue, avec l’Université de Yaoundé II, de la scission de l’Université de Yaoundé. L’université de Yaoundé II est située à Soa dans la banlieue nord-est de Yaoundé.

Selon le comité d’organisation, ce congrès a pour objectif de dégager l’impact qu’ont eu l’espagnol et le portugais en Afrique et même dans certaines parties du monde, l’Amérique latine en l’occurrence, dans la configuration des indentés aussi bien linguistiques que culturelles et littéraires. Sur le plan scientifique, il projette, entre autres, de déblayer les contours du discours aussi bien hispanique que lusophone. Le congrès a vu la présence de grands noms des sciences du langage, de la littérature négro-africaine, de la littérature du noir et sur le noir.

On nous a rassuré que la plupart des travaux scientifiques connaîtront une diffusion médiatique, seront publiés dans les actes du congrès et figureront sur la page web du CIRSLAD (Cercle International de Recherche en Sciences du Langage et Analyse du Discours). Cette association à but non lucratif, apolitique, sans distinction de sexe, de race, de tribu, de culture ni de religion a été créée en mars 2017 et est coordonnée par le professeur Pierre Paulin Onana Atouba, linguiste et hispaniste, enseignant à l’Université de Yaoundé I. Il est aussi le directeur scientifique du congrès avec  le Pr Cécile Dolisane-Ebosse.

La Côte d’Ivoire y était présente avec des enseignants-chercheurs de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. Les formalités d’usage remplies, nous atterrissons au Cameroun dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 juin 2018.

Le Cameroun est un pays d’Afrique centrale et occidentale. 475 442 km2 de superficie située entre le Nigeria à l’ouest, le Tchad au nord, la République centrafricaine à l’est, le Gabon, la Guinée équatoriale et la République démocratique du Congo au sud. Le Golfe de Guinée sert de frontière naturelle au sud-ouest. Le pays doit son nom à Fernando Pô, navigateur portugais arrivé en 1472. Émerveillé par l’abondance de crevettes dans le fleuve Wouri, il le baptisa Rio dos Camaroes, ce qui signifie « fleuve des crevettes » en portugais. On dit du Cameroun qu’il est « l’Afrique en miniature » en raison de sa diversité climatique, géographique et culturelle.

Suite: CARNET DE VOYAGE: QUATRE JOURS AU PAYS DE PAUL BIYA (2ème Partie)

Par Dr Assemien Viviane Epse Adiko

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :