« BLÔLÔ » OU L’AU-DELÀ : LE PARADIS ET L’ENFER CHEZ LES BAOULÉ (1ère Partie)

0 241

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

INTRODUCTION

Le Baoulé est un peuple qui croit en un Dieu créateur, Annangaman (Éternel). Ananganman signifie en baoulé Nanan kamman (les aïeux n’en savent pas plus). Il est à l’origine de tout, si bien qu’il échappe au langage. Ainsi, il est aussi appelé Nyamien Kpli (Dieu Tout-Puissant), intangible et inaccessible. L’au-delà (blôlô) est le domaine des êtres supra-naturels; là où réside les âmes des ancêtres, d’où viennent les âmes à la naissance et où elles retourneront à leur mort. Après la mort, le double du défunt, son âme, retourne dans le monde invisible, le blôlô. Littéralement, blôlô signifie « ce que les gens racontent au sujet d’un endroit où personne n’a encore mis les pieds, là où personne ne connait », d’où les expressions : « be blô lô » ou « be blô kè lô…..« . L’au-delà échappe à l’entendement humain.

La terre, Assiè, est le lieu de séjour de l’homme. Elle contrôle les hommes et les animaux, tous les êtres visibles. La religion est fondée sur l’idée de la mort du corps et de l’immortalité de l’âme. Les morts n’étant pas morts, les ancêtres font l’objet d’un culte mais ne sont pas représentés. Chez le Baoulé, la mort n’est pas une fin en soi ou la fin de tout ; une fois mort, l’être se réincarne dans un autre monde appelé blôlô, tout en gardant un œil bienveillant ou malveillant sur le monde des vivants. Le blôlô, siège des ancêtres, est également celui des conjoints des vies antérieures.

DU PARADIS CHEZ LES BAOULÉ

40055688_s-350x233

Le blôlô est le lieu de non-retour, là où résident nos ancêtres qui nous y attendent pour célébrer les retrouvailles. Quand il désigne le paradis, le blôlô est le lieu de purification par excellence. On n’y entre pas avec la souillure, le péché. En effet, le paradis est un lieu saint, la demeure de Dieu, qui détient le pouvoir suprême et qui attend ses élus dans la joie. Dans l’imaginaire baoulé, quand quelqu’un a fait trop de mal, quand il a commis beaucoup de péchés, et surtout quand il a tué beaucoup d’hommes en sorcellerie, il ne peut entrer dans le blôlô, parce que tous ceux qu’il a tués ou à qui il a causé du tort l’attendent sur le chemin avec des fouets à la main pour le corriger.

Pris de peur, il peut revenir parmi les vivants sous la forme d’un revenant, car il ne peut franchir le « corridor » humain, qui l’attend pour lui faire la peau. C’est pourquoi, afin de permettre au mort de regagner le blôlô, il faut des sacrifices pour demander pardon à tous ceux à qui il a fait du mal afin qu’ils lui pardonnent ses péchés et le laissent entrer dans le lieu saint.

Suite: « BLÔLÔ » OU L’AU-DELÀ : LE PARADIS ET L’ENFER CHEZ LES BAOULÉ (2ème Partie)

Par YAPI Michel

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :