ATTOUNGBLAN.NET RENCONTRE N’GUESSAN KOFFI BERNARD, PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DU N’ZI

0 162

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Comme il ne pouvait en être autrement après trois jours d’immersion dans le N’ZI, soit du 11 au 13 janvier 2018, Attoungblan.net eu une interview avec monsieur N’GUESSAN Koffi Bernard, le président du Conseil régional. L’interview, qui a duré 10 minutes, a eu lieu à sa résidence au quartier CEG le samedi 13 janvier à 19 h 52 min. Réalisée par Michel Yapi, elle est retranscrite pour vous par Paul Bathesty Djandué.

Attoungblan.net : Après trois jours de reportage, Attoungblan.net ne pouvait pas partir sans avoir un entretien avec vous. Merci donc de nous accorder cette interview. Pour commencer, qui est monsieur N’guessan Koffi Bernard ?

N’guessan Koffi Bernard : Bien, je voudrais d’abord vous remercier de votre présence. Vous avez sacrifié trois jours de votre temps pour parcourir toute la région du N’ZI. Ça n’a pas été facile, mais vous êtes quand même arrivés à bout. Merci donc pour ce déplacement. Pour répondre à votre question, je m’appelle N’guessan Koffi Bernard, président du Conseil régional du N’ZI. N’guessan Koffi Bernard est né dans un petit village sur la route de Bocanda à 10 Km d’ici. J’ai commencé la politique en 1980. J’ai été élu député en 85, c’était ma première victoire ; j’ai été élu et député et maire ; donc de 85 à 95 j’étais député-maire de Dimbokro. Je suis marié, père de trois enfants.

J’ai commencé la politique en 1980. J’ai été élu député en 85, c’était ma première victoire ; j’ai été élu et député et maire ; donc de 85 à 95 j’étais député-maire de Dimbokro.

Lire aussi: Conseil Régional du N’ZI: Interview Exclusive du Président N’GUESSAN Koffi Bernard

ATN : Merci monsieur le président. Dans le cadre de cette mission, nous avons eu le privilège de découvrir de nombreuses réalisations du Conseil régional sous votre présidence. Y a-t-il d’autres réalisations que vous voudriez bien évoquer ?

NKB : Oui, bien sûr ! On n’est jamais satisfait de ce qu’on fait. Vous avez constaté vous-mêmes que nous avons fait beaucoup de réalisations, mais notre souhait c’est d’aller encore de l’avant. J’ai la chance d’avoir à mes côtés le directeur technique, qui d’ailleurs s’est fait le plaisir d’aller avec vous et de vous montrer quelques réalisations. Bien sûr, en trois jours vous ne pouviez pas voir toutes les réalisations faites par le Conseil régional, mais je crois que vous avez vu l’essentiel. Mais nous avons beaucoup d’autres à faire. Il y a des projets qu’on a commencés qui ne sont pas achevés. Je voudrais même préciser : la maternité de Dida Messou, par exemple, et bien d’autres. À Proukro également nous avons un établissement de trois classes et la cantine. Donc voyez, on a parcouru pratiquement toute la région, puisque vous êtes allés jusqu’à Kouassi-Kouassikro où vous avez vu le second cycle. D’ailleurs, je suis persuadé que le principal a dû certainement vous raconter son histoire. Et actuellement, nous sommes en train de construire une maternité qui n’est pas encore achevée. Je pense que c’est bon. Et puis naturellement, les projets qui ont été programmés, votés par le Conseil, et qui n’ont pas encore connu de début de réalisation. Pour ça, nous attendons que les marchés soient signés ; et peut-être même qu’avant avril 2018 nous pourrons implanter beaucoup de projets.

Lire aussi : UNE BAIGNADE DANS LE N’ZI : Sur les traces du Conseil Régional dirigé par N’GUESSAN Koffi Bernard

ATN : Monsieur le président, il est vrai que nous ne sommes pas encore à la fin du mandat, mais quel regard personnel portez-vous sur votre bilan ?

NKB : Bon, écoutez, les journalistes posent toujours la même question. Mais N’guessan Bernard n’aime pas trop parler de lui. Comme c’est une équipe que je dirigeais et que je continue de diriger, nous avons, sans autosatisfaction, réalisé beaucoup de choses. D’abord les écoles. Nous avons construit deux collèges de proximité ; le troisième collège va être implanté dans une à deux semaines. Et puis les écoles primaires que nous avons construites ou réhabilitées, en tout cas on ne peut pas les compter. Si nous voulons réellement nous attarder sur ces réalisations, nous y passerons toute la journée. Bon, ça c’est au niveau de l’éducation nationale. Au niveau de l’hydraulique nous avons fait beaucoup de forages ; mais surtout, ce qui nous a le plus plu c’est les HVA (ndlr Hydraulique Village Améliorée). Il y a eu un HVA à Kouadioblékro, Il y a eu un HVA à Djangokro, un HVA à Bangokro, et un HVA à Koffi Ahoussoukro. Et puis on a prévu des HVA en projets, tels que Nofou, Souamékro et Abodan. Vous savez, de mémoire on ne peut pas tout citer, mais je pense que nous avons travaillé. Je profite de l’occasion pour remercier les conseillers qui m’ont accompagné jusqu’à présent.

Lire aussi : CONSEIL REGIONAL DU N’ZI: PRIORITES ET AXES DE DEVELOPPEMENT

Nous avons construit deux collèges de proximité ; le troisième collège va être implanté dans une à deux semaines. Et puis les écoles primaires que nous avons construites ou réhabilitées, en tout cas on ne peut pas les compter. Si nous voulons réellement nous attarder sur ces réalisations, nous y passerons toute la journée.

ATN : C’est bientôt les élections régionales. Comment l’actuel président du Conseil régional du N’ZI aborde-t-il ce nouveau virage ?

NKB : Là, il faut dire qu’on peut en parler. On peut en parler dans la mesure où le chef de l’État a déjà avancé les dates. Nous sommes en ligne droite ; il nous reste trois mois je crois, s’il n’y a pas de modification. Mais je préfère tout de go vous dire que je suis partant. Je suis partant, je veux renouveler mon mandat. Les atouts sont nombreux. Il y aura certainement beaucoup de candidatures, je n’en disconviens pas, mais ça va être bilan contre bilan. Et je pense que le bilan du Conseil régional que j’ai présidé est très bon.

Mais je préfère tout de go vous dire que je suis partant. Je suis partant, je veux renouveler mon mandat.

ATN : Attoungblan.net vous remercie, monsieur le président.

NKB : Mais c’est moi qui vous remercie et espérons que vous reviendrez nous voir. Ce serait vraiment avec beaucoup de plaisir et nous pourrions dans ces conditions-là vous montrer d’autres réalisations. Parce que, au risque de me répéter, nous avons commencé, d’autres n’ont pas encore connu de début de réalisation, mais je pense que ça ira. Il y a un autre point que vous n’avez pas demandé mais je voudrais en parler. C’est le FRAD. Le FRAD en accord, en partenariat avec la COOPEC,

nous avons débloqué 110 millions pour aider les jeunes et les femmes à se prendre en charge.

Les démarches ont duré deux ans, parce que nous ne sommes pas une banque ; c’est une banque qui doit entrer en partenariat avec nous pour réaliser ce projet. Il y a trois semaines que nous avons signé tous les accords et les premiers chèques ou carnets ont été distribués il y a une semaine et demi.

Lire aussi : CARNET DE VOYAGE  01: UN WEEK-END A DIMBOKRO

LA RÉDACTION

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :