ATTOUNGBLAN.NET RENCONTRE APPIAH MORO

0 209

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

À la faveur d’un week-end à Arrah, lors du décès du père de l’un de nos collègues, une équipe d’Attoungblan.net a eu l’honneur de rencontrer le doyen Appiah Moro sur sa terre natale. Appiah Moro est une légende vivante de la musique ivoirienne en langue agni.  Lorsque nous foulons le domicile de l’artiste à 11h15 ce samedi 28 juillet 2018 dans les environs de l’église catholique et de l’ancien cimetière d’Arrah, nous croyons un instant qu’il n’y a personne. Mais l’insistance de notre guide finit par payer. L’homme est bien là et accepte sans aucune difficulté de nous accorder une interview.

Attoungblan.net : Quel est votre nom à l’état civil?

Appiah Moro: Je m’appelle Appiah Albert.

Attoungblan.net : Pourquoi vous appelle-t-on donc Appiah Moro? D’où est venu Moro?

Appiah Moro: Moro est un surnom que m’ont donné mes cousins Kouakou TB (Tanoh Bégro),  Effebi, Kouadio Kplé, Nuaman Kouadio. Ils ont été inspirés par la photo d’un personnage que l’on voyait dans un ancien livre qu’on appelait en son temps “Syllabaire”. Ce personnage s’appelait Albert Moro et comme je me prénomme Albert, mes cousins m’appelaient Albert Moro. C’est ainsi que j’ai gardé Appiah Moro comme  nom d’artiste.

Attoungblan.net : Qu’est-ce qui vous a amené à la musique?

AVEC APPIAH MORO

Appiah Moro: J’ai eu trois années de scolarité. Je fus élève de 1952 à 1955. Mais les  difficultés de la vie que je ne peux vous conter ne m’ont pas permis de continuer à l’école. J’ai donc profité un jour de la prestation d’un orchestre ici à Arrah pour danser en interprétant un titre  d’Anouman Brou Félix avec une jeune fille qui se prénommait Kouabla. Le public fut émerveillé par notre brillante prestation. Le lendemain le guitariste du petit orchestre d’Arrah a tenu à me rencontrer et m’a demandé de m’associer avec quelqu’un d’aussi talentueux que moi. J’ai donc désigné mon frère Kouamé qui était à Bongouanou. Il m’a remis de l’argent pour que je le fasse venir. C’est ainsi que nous avons commencé à jouer en 1961.

Attoungblan.net : En quelle année est sorti votre premier album?

Appiah Moro: Mon premier album est sorti en 1969. Dedans je dis « Appiah Moro mouan ô nouan ooh  Gnanmien ô blê ».

Attoungblan.net : Nous sommes en 2018 aujourd’hui. Appiah Moro a combien d’albums à son actif?

Appiah Moro: Ah non! (Rire). Mes albums? (Rire).  Je ne peux pas savoir le nombre exact. Je peux vous dire que j’ai 118 titres. Peut-être même plus. Mais les albums je ne sais pas.

Attoungblan.net : Dans quelles villes  avez-vous déjà joué?

Appiah Moro : (Rire) J’ai joué dans plusieurs villes. Bon, je vais vous le dire par région. D’abord ici dans le Moronou, j’ai joué à Arrah, Bongouanou, M’batto. Abengourou, Agnibilekro, Bondoukou, Bétié, Niablé, etc.

Attoungblan.net : Y a-t-il d’autres régions encore?

Appiah Moro : Oui, dans plusieurs départements tels que Daoukro, Bouaké, Botro, Béoumi, Zuénoula, Bouaflé, Sinfra, Gagnoa, Lakota, Sassandra, Soubré, Duékoué. Je ne suis pas allé au-delà de Duékoué.

Attoungblan.net : Êtes-vous une fois sorti de la Côte d’Ivoire pour jouer dans des pays tels que le Burkina Faso, le Ghana, le Mali?

Appiah Moro : Non, jamais.

Attoungblan.net : Quels sont les thèmes que vous développez dans vos chansons?

AVEC SES PETITS ENFANTS

Appiah Moro : Je chante surtout  les thèmes qui sensibilisent les jeunes. Je traite aussi souvent de thèmes  sur  nos cultures. Les jeunes d’aujourd’hui, certainement du fait de l’école, ne savent plus l’essentiel de nos cultures. Ils ne comprennent même plus nos propres langues. Certaines personnes même plus âgées viennent  souvent me demander des explications sur les thèmes que je développe dans mes chansons. Moi, dès tout petit j’ai eu la chance de côtoyer mon père qui battait le tambour parleur (Kenian Kpli) et dansait l’assamalan (Ndlr : danse de réjouissance en pays agni). C’est mon père qui enseignait le tambour et d’autres instruments de musique traditionnelle comme  la flute. Comme pour vous dire que la musique et moi, ça date de longtemps. Telle est la raison pour laquelle je reste  accroché à nos cultures.

Attoungblan.net : Que pensez-vous de la musique de nos jours?

Appiah Moro : Oh mon cher!!! Avant, nous chantions pour sensibiliser la jeunesse. Mais aujourd’hui je ne comprends même plus les thèmes artistiques de cette jeunesse.

Attoungblan.net : Quels sont vos projets aujourd’hui?

Appiah Moro : J’ai beaucoup de projets. J’ai déjà préparé 20 titres. Mais c’est la piraterie qui me fait reculer en ce moment. Je vais tout de même faire la sortie de cet album. Je vais encore sensibiliser la population. Ça m’est égal s’ils piratent ou pas. Mais au moins j’aurais atteint ma cible.  Ce serait certainement le dernier album de ma carrière.

Traduit de l’agni par Dr Kumon Anougba Simplice

 

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :