AFFAIRE DE RIZ (1ère Partie)

0 32

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous dès maintenant à Attoungblan.net.

Après l’annonce des différents ministères du gouvernement Gon III, beaucoup de choses ont bougé sur le terrain. En effet, le 05 septembre 2019, s’est tenue à Gagnoa, une importance réunion de ceux qui ont été promus parmi leurs congénères comme LE RIZ. Toutes les variétés de riz se sont donc retrouvées autour d’une table pour donner un écho favorable à l’honneur qui leur a été fait à travers la création d’un ministère entier consacré à la culture du riz. et non d’un secrétariat d’État, parce que un secrétaire d’État est un ministre stagiaire. Le président de la république, vu la place qu’occupe le riz dans l’alimentation des ivoiriens, a eu la haute inspiration de lui attribuer un ministère plein.

L’ordre du jour est simple: identification formelle de toutes les variétés de riz et organisation de la consommation du riz. À dix heures précises, toutes les délégations venues de l’ensemble du territoire ont pris d’assaut la salle de réunion. Tout le monde n’attend plus que les organisateurs. Quinze minutes après l’installation des différents délégués, Oncle Sam et le Riz parfumé vietnamien, initiateurs de la rencontre, font leur entrée. Dès qu’ils s’installent des voix s’élèvent dans la salle pour poser un préalable.

– Chers camarades Oncle Sam et Riz parfumé vietnamien, nous apprécions beaucoup l’initiative que vous avez prise de nous réunir pour répondre à la nouvelle réalité qui prévaut. Mais, ce ministère est d’abord fait pour les riz ivoiriens. Vous ne pouvez donc pas diriger cette rencontre, malgré votre grand sens d’initiatives. Je vous demande gentiment de libérer la table de séance.

Oncle Sam et le Riz parfumé vietnamien se regardent, surpris.

– Vous les Ivoiriens n’allez jamais changer. Vous traînez encore ici votre ivoirité et votre comportement xénophobe et exclusionniste? Depuis combien d’années vivons-nous ici et nourrissons-nous la population de ce pays ? Maintenant qu’il y a un ministère qui nous est tous dédié, vous nous rejetez. Vous savez quels genres de riz mangent ceux qui ont créé ce ministère ? Vous ne lisez jamais entre les lignes. Ce n’est pas déhikassia hein, ni le riz bété, encore moins malowoussou. Ils ne touchent à aucune variété du riz local. Faites un tour dans leur quartier, vous verrez s’il y a des croûtes de riz partout. Et les agents du ministère, vous savez qui va les encadrer sur le terrain ? Ce sont nos pays, parce que vous n’avez aucune expertise en la matière.

– Tout ça là on a compris. Mais, libérez la table de séance. Chers camarades, il faut pour une fois réclamer ce qui revient de droit aux Ivoiriens. Ils peuvent être des observateurs. Devons-nous les laisser diriger une rencontre qui engage notre avenir ?

– Pour une fois je suis d’accord avec le Riz bété ! S’ils ont créé ce ministère c’est justement pour promouvoir les différents riz de notre pays. Nous ne pouvons donc pas laisser des riz étrangers, fussent-ils des riz de qualité et les Initiateurs de cette rencontre nous diriger, intervient Malowoussou.

– Ça c’est le comble ! Malowoussou aussi ?

– Oui, Malowoussou aussi ! Et puis après ? Chers camarades, nous allons procéder à un vote. Quelles sont les délégations qui soutiennent le préalable du Riz bété ?

Toutes les délégations lèvent la main à l’exception de la délégation de Bondoukou, de Bouaké et celle de Korhogo.

– Oncle Sam et son compagnon, merci pour l’initiative. Vous allez être des observateurs simples. De toutes les façons on sait comment les observateurs se comportent dans ce pays.
Maintenant que le Riz bété a levé son préalable nous allons procéder à l’élection du bureau de séance. Il s’agit d’un président, d’un secrétaire et d’un assesseur. Les candidatures sont ouvertes. On fera une liste de trois personnes par candidature pour gagner du temps. La liste qui l’emporte sera en même le bureau de séance.

Korhogo, Aboisso et Bondoukou forment une liste. Dabou, Adzopé et Abengourou forment une liste. Il n’y a pas d’autres listes.

– Camarades, voilà nos deux listes. Nous allons procéder au vote sans plus tarder.

 Une main se lève.

 – Je conteste les deux listes. Premièrement, le Riz de Korhogo a-t-il un nom connu? Le riz de bas-fond qu’on y cultive a une odeur de maïs, de mil et de sorgho. Bondoukou, entre nous, ce n’est pas une rencontre pour parler de l’igname. Aboisso, on ne sait même pas s’ils connaissent le riz là-bas ! Quant à l’autre liste, pour une fois soyons sérieux ! Dabou c’est quand même Dabou ! Adzopé et Abengourou, vous ne voyez le riz que dans les magasins. Le bureau de séance ici doit savoir de quoi on parle.

– Riz bété, toi tu nourris combien de personnes ? Tu es là et on exporte les bêtises des Chinois et autres asiatiques, non ? Tu recommences encore ? De toutes les façons les observateurs nous regardent. Après c’est pour crier sur tous les toits que nous avons vendu nos frères aux étrangers. Saka ! Saka ! Gloglo gloglo Saka, gninrin gninrin Saka, lance le riz du bas-fond de Korhogo, furieux.

– Oui, on sait que c’est vous qui avez créé ce ministère. Mais, si c’est pour promouvoir vos conneries du bas-fond, il fallait créer un ministère pour le maïs, le mil et le sorgho. Qui va manger riz du bas-fond ? C’est pas même chinoiseries-là ? Si vous voulez, supprimez votre ministère-là. Jamais nous n’allons contribuer à l’intoxication alimentaire de nos concitoyens, reprend le Riz bété.

La salle est dans un remue-ménage total. Deux camps se dessinent rapidement.

– Silence dans la salle !, crie Oncle Sam. Même le riz vous divise. Quand nous allons intervenir pour ramener l’ordre et la paix, vous trouverez que nous fourrons notre nez partout, alors que vous êtes incapables de vous entendre sur le minimum. Riz vietnamien, sortons avant que nous ne soyons mélangés au Malowoussou et consorts ! Ils abandonnent la salle où les différents riz locaux sont au bord de l’affrontement.

Suite: AFFAIRE DE RIZ (2ème Partie)

Par Irié BOLIBI, Le Prince de Laboll

Commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :